Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KILIMANDJARO, UN SOMMET POUR UNE RAMPE

Sensibiliser au handicap et convaincre les pouvoirs publics à agir concrètement : gravir le sommet physique du Kilimandjaro, et le sommet de l'état.


L'ASCENSION DU KILIMANDJARO

Publié le 12 Juin 2017, 18:13pm

L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO
L'ASCENSION DU KILIMANDJARO

Nous avons déjà évoqué le "pourquoi" du voyage dans un autre article.

Aujourd'hui : "qui" et "quand", ainsi que "avec quels sous" et "que feront-ils en Tanzanie"

 

QUI ?

Plusieurs équipes sur le trajet menant à la Tanzanie :

- l'équipe de Langoëlan et, plus généralement, Bretagne :

  • Yann JONDOT, maire de Langoëlan, porteur du (lourd mais intéressant) projet
  • André LE MOUSTARDER, réalisateur, qui filme tout du début à la fin, et correspond avec les écoles
  • LIBOU, agriculteur qui s'engage par solidarité au nom des difficultés "de vie" que connaissent, dans un autre registre que le handicap, les agriculteurs.
  • Yann CARZON, jeune boulanger qui a souhaité s'impliquer, avec les mêmes motivations que LIBOU, au nom des artisans.
  • Venant de Nantes, Jacques BARON, qui filmera également aux côtés d'André Le Moustarder.

- du sud de la France, ville de Grasse :

  • Isabelle CHEMIN, qui a fait plusieurs ascensions du Kilimandjaro 
  • Martine COLLET, bénévole auprès de personnes fragilisées et handicapées
  • Claire FEUVRAY, orthophoniste auprès d'enfants sourds

- et Arnaud CHASSERY, grand sportif, qui a réalisé des exploits en faveur du handicap et a accompagné Philippe CROIZON.

 

QUAND ?

mi octobre, pour environ une semaine. Je vous communiquerai les détails plus tard.

 

AVEC QUELS SOUS :

Il faut compter environ 10000€ par personne (transports, intendance, droites de passage, guide...)

Un appel aux sponsors a été lancé afin de financer les ascensions de Yann JONDOT, André LE MOUSTARDER, Jacques BARON et Isabelle CHEMIN, mais également pour le financement du DVD et des événements qui se dérouleront ensuite, notamment autour des projets scolaires et de ce que nous appelons le "deuxième sommet" : le trajet vers le sommet de l'état en portant le livre de doléances du handicap et des exemples d'actions possibles pour l'accessibilité à tous. Une somme sera dégagée pour soutenir des actions en Tanzanie.

La liste de tous les sponsors de Bretagne sera diffusée sur ce blog, ainsi que celle des sponsors nationaux.

Les autres participants financent leurs voyages.

 

QUE FERONT-ILS EN TANZANIE ? :

Les personnes citées ci-dessus, sont sportives. Cependant, le Kilimandjaro est haut de 5895 mètres, et le climat tanzanien n'est pas le même qu'en France. Nous vivons sous un climat tempéré. Autour du Kilimandjaro, au sol, la petite équipe aura chaud. Il faudra quelques jours à leurs corps pour s'acclimater.

Ils profiteront de cette période pour partir à la rencontre des habitants.

Ils doivent rencontrer DÉO, jeune homme paraplégique, qui a fait l'ascension en joëlette et entreprend, après des études en économie, de créer son activité en rapport avec le tourisme et le handicap.

MOSHI, artiste peintre employé par une ONG, sur place, souhaite ouvrir son propre atelier.

Le projet est lié à la Tanzanie, à l'Afrique. Nous sommes privilégiés économiquement et légalement. Mais aussi en matière de santé et d'éducation. La Tanzanie connaît, entre autres, de gros problèmes de pollution et de tarissement des zones humides. 

Nous nous devons d'amener ce projet avec le plus grand respect envers la population. Nous allons donc aider ces deux personnes et voir, sur place, selon les besoins et les moyens comment faire et s'il est possible d'aider encore.

Le problème de l'alibinisme est grave et à beaucoup touché Yann JONDOT lorsqu'il a découvert les conditions de ces personnes qui sont bannies de la société, socialement en grand danger (beaucoup de meurtres), qui ne peuvent pas être scolarisées, travailler et qui, en plus, sont handicapées par des problèmes de vue, de peau...

Mais ils feront également le lien entre les artisans français et tanzaniens, idem pour l'agriculture. Et un partenariat entre une école tanzanienne et une école bretonne est prévu.

 

....La suite au prochain épisode.....

Merci à vous,

Sarah.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents